On parle de nous : Dilili à Paris

On parle de nous : Dilili à Paris

Entre 2016 et 2017, le studio à œuvré sur le dernier long métrage d’animation de Michel Ocelot (Kirikou, Azur et Asmar,..), Dilili à Paris. Vous trouverez dans cette revue de presse les principaux articles autour de ce projet.


Dilili à Paris fait partie des trois longs métrages nommés au César du Meilleur Film d’Animation de la 44éme Cérémonie des César.

 voir les nominés

Dilili à Paris remporte le prix du meilleur film d’animation aux Prix Lumières de la presse internationale – Académie des Lumières

 voir les autres catégories

 

 

«Le créateur de Kirikou plonge une petite Kanak cultivée dans le Paris de 1900. Enquête mystérieuse, couleurs féeriques, propos féministe… Un régal.»

 TT – On aime beaucoup

Dilili à Paris, La critique, Guillemette Odicino, Télérama, octobre 2018

 lire l’article

“Dilili à Paris c’est un film humaniste et féministe, c’est aussi une féérie esthétique, éducative et érudite qui tient à la fois de la fable, du conte et de l’enquête policière avec des scènes superbes comme celle de la descente vertigineuse de Montmartre et des rencontres fabuleuses avec les écrivains et artistes de la belle époque … Bref on apprend en s’amusant, en s’émerveillant et en rêvant.”

Vous m’en direz des nouvelles ! Avec Michel Ocelot (Auteur et réalisateur) et Virginie Guilminot (Gérante et directrice de production Les Fées Spéciales), Jean-François Cadet, RFI, 10/10/2018

écouter le podcast

« Projeté en avant-première au Festival international du film d’animation d’Annecy, Dilili à Paris de Michel Ocelot (sortie 10 octobre 2018) mêle la 2D et la 3D, et crée un pont entre Blender et Maya. »

Le long métrage d’animation Dilili, un ovni à Paris !, Annik Hémery, Mediakwest, publié le 25/10/2018

lire l’article

« Michel Ocelot (la saga «Kirikou») surprend avec un conte parisien sublime visuellement et à la grande noirceur thématique. »

Dilili à Paris de Michel Ocelot – la critique, Yannick Vely, Paris Match, publié le 09/10/2018

lire l’article

« On reste charmé par le traitement des couleurs, le graphisme singulier, alliant photos retravaillées, visages en relief et corps en 2D, par l’alliance poétique de la fidélité aux détails et des libertés prises par Ocelot, et par les notes de Gabriel Yared. La géographie des lieux, la vie souterraine grouillante et les moyens de locomotion inventifs ravissent l’œil. »

Dilili à Paris – La petite pionnière, Olivier Pélisson, Bande à part, publié le 09/10/2018

lire la critique

« Et l’animation dans tout cela ? Le parti pris des photos en guise de décors est discutable, mais le graphisme d’Ocelot est toujours aussi somptueux. »

La note de l’express : 13/20

Les sorties cinéma du mercredi 10 octobre, Christophe Carrière, L’Express, publié le 09/10/2018

lire la critique

« Michel Ocelot, le créateur de « Kirikou », repousse une fois de plus les limites de l’enchantement et du merveilleux grâce à une époustouflante créativité picturale et chromatique. »

Les films à voir (ou pas) cette semaine, Xavier Leherpeur, L’Obs, publié le 09/10/2018

lire la critique

« Dilili à Paris » : un plaidoyer féministe animé de Michel Ocelot

Véronique Cauhapé, Le Monde, publié le 10/10/2018

lire l’article

« Armé de ses pinceaux et de son imagination, Michel Ocelot transforme les avenues, les boulevards et les quartiers du Paris de la fin du XIXe en des lieux remplis de merveilles et de personnages hauts et en couleurs. Pour cette célébration, cette déclaration d’amour, Michel Ocelot ajoute à l’animation des prises de vue réelles, conjuguant l’imagination au réalisme, accentuant la beauté des monuments. »

Nouveautés salles, Thomas Roland, Culturopoing, publié le 09/10/2018

Lire la critique

« Il faut se méfier de mes contes, mais il ne faut pas le dire… Parce qu’un film pour enfant, c’est un cheval de Troie. Les adultes ne se méfient pas et je les fais pleurer. »  Michel Ocelot pour Boomerang

Il était une fois Michel Ocelot, Augustin Trapenard, Boomerang, France Inter, émission du 09/10/2018

écouter le podcast

 

« «Dilili à Paris» : épatant »

Note de la rédaction ⅘, on aime beaucoup

Nos choix ciné de la semaine, Catherine Balle, Renaud Baronian, Michel Valentin, Pierre Vavasseur, Le Parisien, publié le 09/10/2018

lire la critique

« Un itinéraire mutin, un manège policier où des rencontres avec les plus beaux esprits du début du XXe siècle mènent à une célébration de la culture, de l’échange, et de la libération féminine. Un petit manifeste pour apprendre au jeune public que les femmes ne doivent jamais se mettre à genoux. »

« Dilili à Paris », le nouveau film de Michel Ocelot émerveille le 42e festival d’Annecy, Guillemette Odicino, Télérama, publié 12/06/2018

lire l’article

 « Un hommage au Paris de la Belle Epoque et un conte pour enfant résolument féministe »

Ocelot, contre-enquête, Olivia Gesbert, La grande table culture, France Culture, le 10/10/2018

écouter le podcast

« Après la jungle africaine de « Kirikou » et les contes orientaux d’ »Azur et Asnar », Michel Ocelot visite le Paris de la Belle Epoque accompagné d’une petite franco-kanake dans « Dilili à Paris ». Une fable qui, à travers une enquête policière, va à la rencontre des célébrités d’un temps révolu, avec son art unique de l’animation à la fois merveilleux, éducatif, et entraînant. »

« Dilili à Paris » : le nouveau film d’animation capital de Michel Ocelot, Jacky Bornet, Culture Box, France Info, publié le 08/10/2018

lire l’article

« Toujours en quête d’innovations visuelles et esthétiques, Michel Ocelot suit les aventures mouvementées d’une fillette Noire à la Belle Époque avec un travail pictural en hommage aux tableaux de maîtres. »

Dilili à Paris la critique du film, Arthur Champilou, à Voir à Lire, publié le 14/10/2018

lire la critique

« Merveille plastique, le nouveau Michel Ocelot pourfend le sectarisme et les violences faites aux femmes. Avec un peu trop d’évidence. »

Dilili à Paris : Animé et engagé, Christophe Narbonne, Première, publié le 09/10/2018

lire la critique

« Avec Dilili a Paris (qui sort en salles le 10 octobre), Michel Ocelot invente une déclinaison féminine du vaillant Kirikou, qu’il plonge dans les fastes de la Belle époque, alors que l’intrigue, une sombre histoire d’enlèvement de fillettes, résonne d’une brûlante actualité… »

«Dilili à Paris»: Michel Ocelot donne une sœur de cœur au vaillant Kirikou, Stéphane Leblanc, 20 minutes, 09/10/2018

lire l’article

« Tout à son séduisant parti pris esthétique mêlant dessin animé, images 3D et photos de la Belle Epoque »

« Dilili », les accords d’Ocelot à Paris, Marius Chapuis, Libération, 09/10/2018

lire l’article

« Le vétéran réalisateur français prend cette fois prétexte de l’effervescence du Paris de la Belle Époque pour livrer une fable qui dénonce les violences faites aux femmes. »

Dilili à Paris, la fable féministe de Michel Ocelot, Normand Provencher, Le Soleil, publié le 07/12/2018

lire l’article

CINÉMA. À LA LUMIÈRE DES FEMMES REMARQUABLES

Dominique Widemann, L’Humanité, publié le 10/10/2018

lire l’article

« Qu’il montre le pire ou le meilleur, Michel Ocelot souhaite avant tout livrer la reconstitution la plus fidèle de Paris et rendre hommage à la beauté d’une civilisation. Chez lui, la féerie et le romanesque l’emportent toujours sur le reste. »

Michel Ocelot revient avec Dilili à Paris: « Je veux choquer un petit peu les gens », Jérôme Lachasse, BFMTV, publié le 11/06/2018

lire l’article

« Onze ans pour égaler, peut-être, la splendeur d’Azur et Asmar. Dans Dilili à Paris, le réalisateur de Kirikou et la Sorcière met en scène une enfant kanake qui enquête sur des disparitions mystérieuses dans le Paris de la Belle Époque. Les premières images laissent présager du meilleur. »

Michel Ocelot : « Partout, et de tout temps, des hommes se sont mal conduits avec les femmes », Christophe Narbonne, Première, publié le 11/06/2018

lire l’article

« Si son odyssée dans la Ville Lumière est tirée par les cheveux, elle est plaisante à suivre tant le graphisme est précis et raffiné. La 2D et 3D servent des décors somptueux (Opéra Garnier, place de la Bastille, Vendôme, Moulin rouge, ruelles montmartroises…). »

Avec Dilili à Paris, Michel Ocelot ouvre avec panache le festival d’Annecy, Nathalie Simon, Le Figaro, publié le 12/06/2018

lire l’article

« Le film porte en lui-même cette véritable force pédagogique propre à Michel Ocelot qui a réussi à s’extraire du sillon trop longtemps tracé de Kirikou pour annoncer avec une grande liberté, une cinéma d’animation respectueux du spectateur, qui ne le contraint pas à s’extasier le regard benet par un récit spectaculaire au scénario vide de sens. »

Les Œillades 2018 : « Dilili à Paris » de Michel Ocelot, Cédric Lépine, Le Blog de Cédric Lépine, Médiapart, publié le 22/11/2018

lire l’article

« Michel Ocelot, signe un manifeste féministe en même temps qu’une ode à Paris et la culture française. Une merveille à voir en famille, et à décortiquer à l’école et à la maison ! »

« Dilili à Paris » : la splendeur féministe et francophile du papa de « Kirikou », Jéremy Bernede, Midi Libre, publié le 10/10/2018

lire l’article

« Le film d’animation Didilili à Paris de Michel Ocelot est particulièrement esthétique. Le réalisateur sait faire du beau pour éveiller les consciences. »

Cinéma : Dilili à Paris, magnifique, mais…, Solen De La Turmelière, Actu.fr, publié le 17/10/2018

lire l’article

Dilili à Paris divise le Festival d’Annecy

Philippe Guedj, Le Point, publié le 12/06/2018

lire l’article